• Les joies des pique-niques

     Os écrit dans le cadre de la nuit des lemons de la Ficothèque Ardente, du 28 Mars 2014. Le sujet principal était le printemps. Le cinquième thème de la soirée était le repas en extérieur, les mots à placer étant : fascination, fleur, gazouiller.

    Fandom : Pokémon

    Couple : Ondine x Serena (anime)

    Rated : M pour lemon et pwp

    Cela faisait un moment déjà que le pique-nique à peine entamé avait été oublié dans son coin. Ondine savait-elle en organisant cette sortie que cela finirait ainsi ? Serena l’ignorait, et elle devait bien avouer que ça lui était égal. Mieux, si sa championne de fiancée avait tout manigancé depuis le début, c’était très bien ainsi. C’était même idéalement parfait.

    Elles avaient roulé sur l’herbe, écrasant quelques fleurs innocentes sur leur passage, suffisamment loin des victuailles pour ne pas les renverser par un geste malheureux et en renversant autant partout que sur elles. Les vêtements gênant avaient été rapidement enlevés, des baisers fiévreux ponctuant chaque nouvelle parcelle de peau mise à nue. Les mains s’étaient égarées sur les corps, les membres s’étaient enlacées et de profonds soupirs brisaient le silence de la nature environnante. Elles étaient seules au monde, dans leur bulle d’intimité.

    Serena se sentait fondre sous la chaleur et les gestes mélangeant autorité et douceur de son amante. Celle-ci menait la danse, comme à chaque fois, et la jeune dresseuse se laissait simplement emporter par le tourbillons de sensations que la rouquine lui procuraient.

    Elle l’aimait. Elle l’aimait plus fort qu’elle n’avait aimé son premier amour, ce jeune homme un peu bête et maladroit qui ne l’avait jamais regardée. Il n’avait jamais regardé Ondine, non plus, malgré tous les efforts que cette dernière avait pu faire pour lui plaire. Ils ne les avait jamais regardées et ce point était le premier qui les avait rapprochées. Certains diraient qu’elles avaient fini ensemble par dépit, toutes deux rejetées par le même homme. Mais c’était faux. Ondine aimait Serena, et Serena aimait Ondine. Elles avaient découvert qu’elles pouvaient s’aimer bien plus qu’elles n’avaient aimé cet homme. Toute la fascination qu’elles avaient pu éprouver pour lui s’était évaporée sous l’ardeur de leur amour commun.

    La jeune blonde gémit quand les mains de son amante s’insinuèrent entre ses jambes. Taquine, Ondine la chatouilla doucement, fit courir le bout de ses doigts sur la peau tendre de l’intérieur de ses cuisses, s’amusant à simplement la frôler, lui arrachant des halètements de plaisir. Les mains de Serena se refermeraient sur les pousses d’herbe tendre et s’y agrippèrent. Elle savait que c’était vain, que s’accrocher à quoi que ce soit était inutile, Ondine était capable de lui faire perdre la raison sans qu’aucune attache terrestre ne puisse la retenir.

    Elle le prouva une fois de plus. Serena gémit en sentant les doigts de sa compagne pénétrer son intimité. Ondine s’allongea à moitié sur elle, le souffle court et l’embrassa. Ses longs cheveux roux tombèrent sur le fin visage de Serena, qui ferma les yeux sous la caresse. Tout son corps se tendit vers Ondine alors que celle-ci lui procurait du plaisir, sans cesser de parcourir son corps brûlant de sa main libre. La main de Serena vogua lentement le long du ventre musclé de la championne, se dirigea lentement mais sûrement vers le point sensible de cette dernière. Ondine l’aimait, mais elle ne la laisserait pas l’aimer seule. Elles s’aimeraient à deux, comme elles le faisaient depuis le début de leur histoire, comme elles le feraient encore pendant longtemps.

    Les deux corps graciles s’enlacèrent encore plus alors que leurs gémissements à moitié étouffés se faisaient plus aigus, plus fréquents. Etroitement serrées l’une contre l’autre, chacune déterminée à donner autant de plaisir qu’elle en recevait, les deux dresseuses accélèrent la cadence, sentant le plaisir se diffuser dans tout leurs corps à partir de leurs bas-ventre, comme un feu ardent mais délicieux. Ce plaisir explosa soudainement, faisant crier Ondine et se pétrifier Serena qui avaient chacun une manière bien personnelle de gérer leur jouissance. Si Ondine était le feu et l’action, Serena se sentait plus dans la peau d’un paisible Pokémon plante, moins exubérant mais complémentaire à la puissance de la flamme. Elle aimait penser qu’elle était le pendant complémentaire de sa fiancée. Elle l’aimait et c’est avec cette idée qu’elle se laissa aller au plaisir qu’elle lui offrait.

    Oui, si Ondine avait prémédité ce moment en lui proposant un pique-nique, Serena était parfaitement en accord avec sa compagne.


  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Mars 2014 à 08:33

    Pas mal :3

    Merci pour cet OS

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :