• Les champs de coquelicots

     Os écrit dans le cadre de la nuit des lemons de la Ficothèque Ardente, du 28 Mars 2014. Le sujet principal était le printemps. Le second thème de la soirée était le champ de coquelicots, les mots à placer étant : butiner, bourgeon, aérer.

    Fandom : Saint Seiya - Les chevaliers du zodiaque

    Couple : Kanon des Gémeaux x Saga des Gémeaux

    Contexte : Pré-sanctuaire, pendant l’enfermement de Kanon au Cap Sounion

    Rated : M pour fantasme non avouable

    Enfermé au Cap Sounion, Kanon n’avait plus que ses rêves pour s’évader. Sa haine envers son frère ne l’occupait qu’en journée, les nuits où il arrivait à s’assoupir n’étaient peuplées que de tout ce dont il était privé en tant que prisonnier. Il n’avait plus que ça pour s’aérer l’esprit.

    Il rêvait souvent de champs de coquelicot. Un champ où il voyait les petites fleurs rouges se perdre jusqu’à l’horizon. Il sentait presque le soleil chauffer sa peau dorée, le vent soulever ses cheveux, il voyait le paysage s’étaler sous ses yeux, il entendait le gazouillis des oiseaux, le bourdonnement discret des abeilles en train de butiner, et il était heureux. Certaines fleurs n’étaient encore qu’à l’état de bourgeon, l’image était si réaliste que le gémeaux s’y croyait presque…

    Quand il s’éveillait, réalisant qu’il était toujours derrière les barreaux de sa prison, la rage l’envahissait, et avec elle, tous les plans de conquête et de vengeance qu’il planifiait. Si Saga croyait qu’en l’enfermant et en le vouant à une mort certaine, il lui échapperait, il se fourrait le doigt dans l’œil. Et profondément, qui plus est. Jamais son jumeau ne lui échapperait, il lui appartenait corps et âme, Kanon l’avait décidé.

    Éveillé, Kanon ne cessait de penser à ce qu’il ferait, une fois le monde sous sa coupe. Evidemment, Saga était la première personne sur la liste des gens à punir. Jamais son jumeau ne lui échapperait, il se ferait une joie de l’écraser et le soumettre à lui, de gré ou de force. Qu’il le veuille ou non, Saga serait à lui, entièrement, complètement. Kanon ne cessait d’imaginer le corps parfait de son aîné, ce corps si beau qu’il ne pouvait pas l’ignorer. Saga était le plus bel homme de toute la chevalerie d’Athéna, et même, le plus bel homme de la Terre. Et il serait tout à lui.

    Ils seraient à lui, ce corps sculptural, cette peau gorgée de soleil, ce visage parfait, ces cheveux soyeux, ces yeux turquoise, ils seraient tout à lui et il ne les céderait à personne. Il se voyait déjà, dans ses fantasmes le plus fous, dénuder lui-même son frère complètement soumis à lui, lentement et avec délices. Il embrasserait ces lèvres tentatrices, il caresserait son corps, encore et encore, il le serrerait contre lui jusqu’à l’étouffer, jusqu’à s’étouffer. Il le grifferait, il le mordrait, il le marquerait à jamais comme sa possession et ensuite, il panserait les plaies qui auraient souillé le corps de son aîné lui-même, pour qu’aucune marque ne le souille. Et quand enfin, il le posséderait, il était sûr que jamais il ne ressentirait plus grande joie. Il le ferait gémir, soupirer, crier, Saga le supplierait de l’aimer, d’aller toujours plus fort, toujours plus vite, il le rendrait fou d’amour et quand il parviendra enfin à ce but, Kanon était sûr qu’il serait le plus heureux des hommes.

    Le désir torturait douloureusement Kanon qui, accroché d’une main aux barreaux de son prison, essayait de l’autre d’éteindre le feu ardent que son frère était capable de faire naître dans son corps.

    – Saga… haleta-t-il en rejetant la tête en arrière, un long frisson secouant son corps.

    Le gémeaux renégat, sa poitrine se soulevant au rythme d’une respiration saccadée, se laissa glisser contre les barreaux, reprenant lentement ses esprits.

    Un jour, il parviendrait à son but. Oui, Saga serait à lui. Ce n’était qu’une question de temps, et ce n’était certainement pas la prison du Cap Sounion qui l’arrêterait.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :